Wajdi Mouawad

Né en 1968, l’auteur, metteur en scène et comédien Wajdi Mouawad a passé son enfance au Liban, son adolescence en France et ses années de jeune adulte au Québec avant de vivre en France aujourd’hui.

C’est là qu’il fait ses études et obtient en 1991 le diplôme en interprétation de l’École nationale de théâtre du Canada à Montréal. Il codirige aussitôt avec la comédienne Isabelle Leblanc sa première compagnie, Théâtre Ô Parleur.
En 2005, il crée les compagnies de création Abé Carré Cé Carré avec Emmanuel Schwartz au Québec et Au Carré de l’Hypoténuse en France.

Parallèlement, il prend en 2000 la direction artistique du Théâtre de Quat’Sous à Montréal pour quatre saisons. Associé avec sa compagnie française à l’Espace Malraux, scène nationale de Chambéry et de la Savoie, de 2008 à 2010, il est en 2009 l’artiste associé de la 63ème édition du Festival d’Avignon, où il propose le quatuor Le Sang des Promesses. Il est directeur artistique du Théâtre français du Centre national des Arts d’Ottawa de 2007 à 2012. En septembre 2011, il devient artiste associé au Grand T – Nantes.


Spectacles

Sa carrière d’auteur et de metteur en scène s’amorce au sein du Théâtre Ô Parleur en portant au plateau ses propres textes : Partie de cache-cache entre deux Tchécoslovaques au début du siècle (1991), Journée de noces chez les Cromagnons (1994) et Willy Protagoras enfermé dans les toilettes (1998), puis Ce n’est pas la manière qu’on se l’imagine que Claude et Jacqueline se sont rencontrés (2000) coécrit avec Estelle Clareton . C’est en 1997 qu’il effectue un virage en montant Littoral qu’il adapte et réalise au cinéma en 2005 ; expérience qu’il renouvelle avec Rêves (2000), puis Incendies (2003) qu’il recrée en russe au Théâtre Et Cetera de Moscou et Forêts (2006). En 2008, il écrit, met en scène et interprète Seuls. En 2009, il se consacre au quatuor Le Sang des Promesses, qui rassemble, en plus d’une nouvelle version de Littoral, les spectacles Incendies, Forêts et une création Ciels. Wajdi Mouawad propose en 2011 sa dernière création Temps.

Il écrit également un récit pour enfants Pacamambo, des entretiens dont celui avec André Brassard : Je suis le méchant !, ainsi que les romans Visage retrouvé et aujourd’hui Anima (qui a reçu en 2012 le grand prix Thyde Monnier de la Société des Gens de Lettres, le prix Phénix de la Littérature et le prix littéraire du deuxième roman de Laval).

Comédien de formation, il interprète des rôles dans sept de ses propres spectacles, mais aussi sous la direction d’autres artistes comme Brigitte Haentjens dans Caligula d’Albert Camus (1993), Dominic Champagne dans Cabaret Neiges noires (1992) ou Daniel Roussel dans Les Chaises d’Eugène Ionesco (1992). Plus récemment, il interprète Stepan Fedorov dans la pièce Les Justes de Camus mise en scène par Stanislas Nordey.

Son parcours lui donne à explorer aussi d’autres univers : Al Malja (1991) et L’Exil de son frère Naji Mouawad, Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline, Macbeth de Shakespeare (1992), Tu ne violeras pas de Edna Mazia (1995), Trainspotting de Irvine Welsh (1998), Œdipe Roi de Sophocle (1998), Disco Pigs de Enda Walsh (1999), Les Troyennes d’Euripide (1999), Lulu le chant souterrain de Frank Wedekind (2000), Reading Hebron de Jason Sherman (2000), Le Mouton et la baleine de Ahmed Ghazali (2001), Six personnages en quête d’auteur de Pirandello (2001), Manuscrit retrouvé à Saragosse opéra de Alexis Nouss (2001), Ma mère chien de Louise Bombardier (2005) et Les trois Sœurs de Tchekhov (2002) encore en tournée récemment.

Il se consacre aujourd’hui à porter au plateau les sept tragédies de Sophocle : après le premier opus Des femmes composé des Trachiniennes, d’Antigone et d’Electre en 2011, viendront les créations Des héros et Des mourants puis l’intégrale en 2015.

 

Plusieurs spectacles de Wajdi Mouawad ont été présentés au Théâtre de Namur : Seuls, Des femmes (spectacle composé des Trachiniennes, d’Antigone et d’Electre) et Des Héros.