Love letters

De Albert Ramsdell Gurney

11 → 15.01.2022

Studio

Dates et heures

S’aimer par correspondance dans le fantasme ou le regret

Tout le monde a déjà écrit une lettre d’amour. Ici, la correspondance dure toute une vie.
Melissa et Andy vont s’aimer… par relation épistolaire sans jamais pouvoir être ensemble.
Lui est calme, sûr de lui, elle est inquiète, souvent triste. De loin ils se taquinent, se chamaillent, elle prend mal les plaisanteries. Les lettres vont s’espacer quand ils vont avoir d’autres liens.
Le destin, la vie, les rencontres les ont rapprochés puis éloignés mais jamais ils n’ont cessé de s’écrire.
Au fil de leurs échanges, on ressent l’amitié taquine de l’enfance, la passion adolescente, la complexité des sentiments mêlée aux espoirs et désillusions de l’âge adulte.

Côte à côte, devant nous, ils relisent les lettres, et nous font voyager à travers les époques, au fil des rencontres, dans leur intimité. Des petits faits insignifiants aux grands drames de leurs vies, on les suit avec tendresse. Leur relation épistolaire est à la fois drôle, tendre et d’une réalité bouleversante.

Cette pièce américaine écrite à la fin des années 80, traduite dans une trentaine de langues a été jouée des centaines de fois.

 

Parce que cette histoire pourrait être la vôtre, la mienne… une histoire d’amour universelle, spirituelle

Melissa 

Tu sais ce qui ne va pas ? Ces lettres.

Ces foutues lettres !

Je te connais par « lettre » – je ne te connais pas « en vrai ».

C’est pour ça que je regardais par-dessus ton épaule, je cherchais la personne qui était avec moi dans ces lettres durant toutes ces années. Ou qui n’y était pas.

Je n’en sais rien en fait.

Tout ce que je sais c’est que tu n’es pas cette personne Andy.

Je ne dis pas qu’en vrai tu sois nul mais ce que je veux dire c’est que toutes ces lettres, tous ces mots ont tout embrouillé.

Ils nous ont fait passer pour des gens que nous ne sommes pas.

Et du coup il y avait deux absents à l’hôtel Duncan cette nuit-là : le vrai toi et le vrai moi.

 

Andy 

En maths on entame les équations à deux inconnues.

Parfois j’imagine que X c’est moi et Y c’est toi. Tu serais surprise des résultats…

Je dois retenir par coeur la dernière strophe du Paradis perdu.

C’était pas trop dur finalement, parce que ça me fait penser à nous, toi et moi chassés du paradis…

« Le monde entier était devant eux, où choisir le lieu de leur repos, et la providence était leur guide. Main dans la main, à pas incertains et lents, ils prirent à travers l’Eden leur chemin solitaire. »

Je t’embrasse. Andy

Distribution

Commentaires