Les Naufragés

De Patrick Declerck

09 → 12.10.2019

Grande Salle

1 heure

Dates et heures

« Un spectacle d’une intensité visuelle et émotionnelle exceptionnelle. D’une maîtrise absolue.»
France Culture

« La force d’un théâtre qui sait ouvrir grand nos yeux, et les mouiller de larmes. »
Les Echos

« Un spectacle invraisemblable par son embrasement autant spatial que poétique.»
Mediapart

« Emmanuel Meirieu, passé maître dans l’art d’adapter les romans au théâtre,
signe un spectacle fascinant.»
L’Obs

 

 

Le metteur en scène Emmanuel Meirieu n’a pas son pareil pour porter à la scène des romans. Depuis dix ans, il en a fait sa spécialité. Nous avions eu le bonheur de l’accueillir à l’intime festival, en 2017, pour qu’il nous parle de son remarquable travail sur ces témoignages toujours viscéralement humains qu’il souhaite faire vivre par-delà les livres. Il porte ici à la scène le regard acéré et bouleversant, clinique et politique de Patrick Declerck sur la condition des clochards.

Nous les côtoyons tous les jours. Souvent ils sont ivres et peinent à mendier. Ils sentent mauvais, vocifèrent et font peur. Nos regards se détournent. Qui sont ces marginaux aux visages ravagés ? Ce sont les clochards. Fous d’exclusion. Fous de pauvreté. Fous d’alcool. Et victimes surtout. De la société et de ses lois. Du marché du travail et de ses contraintes. Patrick Declerck a suivi les clochards de Paris pendant quinze ans. Incognito, en immersion complète, il partage leurs nuits… Un patient l’obsède encore : Raymond qui était devenu son ami. Raymond qui s’est laissé mourir devant le centre d’accueil, une nuit d’hiver et dont le corps a disparu. Après sa mort, Patrick va mener l’enquête, essayer de comprendre et tenter de retrouver sa dépouille. Sublime !

Quelle est la réplique qui vous bouleverse le plus dans ce spectacle Emmanuel Meirieu ?
« Un jour, tout disparaîtra. Chaque brin d’herbe. Chaque fleur. Oiseau, poisson, insecte, mammifère, nuage, goutte d’eau.
Un jour, notre soleil va mourir, et on le sait. Moi je pense à ça chaque fois que mon regard se pose sur une chose : Tout périra. »
Que défendez‐vous ? L’émotion.
Avez‐vous un bon conseil à donner à vos spectateurs ? Accepter l’émotion.

 

 

Distribution

Commentaires