ROPS/FABRE – Le Pouvoir des Folies Théâtrales

Mise en scène et chorégraphie: Jan Fabre; Musique: Wim Mertens (Publié par Usura)

08 → 09.05.2015

Grande Salle

Adultes

Dates et heures

Majestueuse et festive, superbe et arrogante, cette oraison funèbre sonne le glas des formes passées pour célébrer celles à venir dans un élan salutaire et joyeux. La scène livrée aux larmes, à la sueur, à la chair mise à nue est scandaleusement érotique.

Retour sur l’imagination fertile et virulente de Jan Fabre dans ce spectacle (créé en 1984) qui met en scène la mort des fastes du théâtre d’antan pour faire naître de ses cendres les formes contemporaines et éclectiques.
Tout est réduit à l’uniformité. Les comédiens vont au bout de leurs forces stimulant le sentiment d’excessivité et de sensualité, mais faisant disparaître les reliques et souvenirs prestigieux de cet Age d’Or de la scène. En créant ce procès du théâtre classique, Jan Fabre s’illustre donc lui-même dans l’Histoire en s’inscrivant comme expérimentateur moderne. La rudesse des créations de Jan Fabre en a fait sa renommée. Leur pouvoir corrosif a la capacité de faire réfléchir sur les certitudes qu’on pense acquises et à travers le mouvement, notre regard s’ouvre sur un autre horizon.

De l’art d’enterrer avec faste et superbe un théâtre qui fut et n’est plus. De l’art de rendre hommage tout en claquant la porte au nez de ses ainés. En signant en 1984 cette pièce majeure de son répertoire, Le Pouvoir des folies théâtrales, Jan Fabre, artiste turbulent, réfractaire au joli, aux connivences de bon aloi, à la frilosité, entérinait, une fois pour toutes, la mort des scènes empesées, corsetées, formatées, croulant sous les froufrous et suintant le moisi à cent lieux à la ronde. Il faut pas moins de 4h20 pour que s’opère, sur scène, ce programme de reconfiguration qui affranchit du 19ème siècle et de ses avatars un plateau en quête urgente de vitalité dont le seul credo semble être « l’ici et maintenant ». C’est ce à quoi s’emploient les interprètes qui vont aux limites de l’épuisement physique, exténuant dans d’innombrables répétitions les noms de pièces, d’auteurs, de dates sur lesquels s’arqueboute l’histoire de la représentation. Ils sont en uniformes, costumes cravates, nus, portent des couronnes dorées sur la tête, courent comme des dératés, halètent comme des chiens. Ils ressuscitent avec un zest de perversité un théâtre muséifié qui n’autorise aucune transgression. Et ce faisant, ils l’achèvent dans un geste total mêlant vidéo, corps, texte et musique. Du conflit ainsi activé entre passé et présent émerge une forme qui ne doit qu’à elle même sa légitimité. Une forme tourbillonnante dont on sort droit comme un i, avec la certitude que nos pendules internes viennent d’être remises à l’heure.

Créé en 1984, ce spectacle fleuve (plus de 4 heures) de Jan Fabre démonte le théâtre classique pour illustrer l’émergence de formes contemporaines. Traverser d’images superbes portées par des interprètes qui vont jusqu’au bout de l’épuisement, ce spectacle qui fit date et scandale à sa création, reste d’une fulgurante actualité.

Jean-Marie Wynants in LE SOIR

 

Offre spéciale : durant tout le mois de mai, présentez votre billet du Pouvoir des folies théâtrales  au Musée Félicien Rops et à la Maison de la Culture de la Province de Namur et bénéficiez du tarif réduit pour visiter l’exposition Facing time : €5 au lieu de €10 !

Ouverture de l’exposition en nocturne le soir du spectacle jusque 20h.


Vu l’horaire particulier de ce spectacle et sa durée (4:20), nous avons pensé à une solution de repas !

 

Lire en + des articles consacrés par:
Télérama Emmanuelle Bouchez
Le Monde Rosita Boisseau
La Terrasse Gwénola David
Libération Hugues Le Tanneur

Distribution

Commentaires