Gala LDCM  » Georges Dandin « 

21.12.2019

aux profits de la Douceur des Coteaux Mosans

Grande Salle

Dates et heures

« Du théâtre classique à son meilleur : Jean-Pierre Vincent offre une lecture passionnante pour notre époque de George Dandin, petite comédie de Molière, en fait d’une radicalité et d’une modernité étonnantes » Le Monde

« Jean-Pierre Vincent nous renvoie à nous-mêmes, en s’amusant de l’image d’un grouillant panier de crabes. On rit jaune au final de se rendre compte que sur cette scène, comme dans la vie, chacun n’est plus motivé que par le désir de devoir sauver sa peau » Les Inrocks

Molière, cruel, lucide et drôle, organise en trois actes la descente aux enfers d’un paysan parvenu, victime volontaire de son ambition débordante, aux prises avec une très jeune épouse qui, avec force et détermination, revendique son désir de liberté. Un tableau sans concession, véritable combat où les sexes et les classes sociales s’affrontent sans merci, dressé par un maître incontesté de la comédie de mœurs, mis en scène avec la férocité, la jubilation et l’élégance d’un maître de la mise en scène : Jean-Pierre Vincent.

Jean-Pierre Vincent
Il est une figure majeure du Théâtre français. Son itinéraire commence au Lycée aux côtés de Patrice Chéreau, de Jérôme Deschamps et de quelques autres, il y franchit les étapes du théâtre étudiant au « professionnalisme ». Acteur, assistant, il apprend sur le tas les éléments du métier et de l’art théâtral. En 1968, l’acteur Vincent franchit le pas de la mise en scène. C’est « La Noce chez les petits bourgeois » de Bertolt Brecht : succès décisif. Après un bref passage chez Peter Brook, pour l’ouverture des Bouffes du Nord, Jean-Pierre Vincent est nommé en 1975 directeur du Théâtre national de Strasbourg. En 1982, il vient mettre en scène « Les Corbeaux » d’Henry Becque à la Comédie-Française. Cette expérience aboutit à sa nomination au poste d’administrateur général, qu’il occupera jusqu’en 1986. Après quatre ans de professorat au Conservatoire et de spectacles mémorables (« Le Mariage de Figaro » au Théâtre national de Chaillot, « Le Faiseur de théâtre » de Thomas Bernhardt au TNP et au Théâtre de la Ville), il recueille le Théâtre des Amandiers à Nanterre, des mains de Patrice Chéreau. Il quitte Nanterre à la fin de 2001, en créant la Compagnie Studio Libre avec son dramaturge Bernard Chartreux et ses collaborateurs de (presque) toujours. La pédagogie, exercée depuis longtemps, devient un axe de travail dominant à côté des spectacles coproduits avec les institutions nationales. Au Théâtre de Namur, nous avons eu le bonheur d’accueillir en 2008 son « École des femmes » de Molière avec Daniel Auteuil dans le rôle-titre et de créer avec lui la saison suivante « le Silence des Communistes ».

Mise en scène Jean-Pierre Vincent

Avec Vincent Garanger, Gabriel Durif, Anthony Poupard, Elizabeth Mazev, Alain Rimoux, Olivia Chatain, Aurélie Edeline, Iannis Haillet
Dramaturgie Bernard Chartreux
Scénographie Jean-Paul Chambas Assisté de Carole Metzner
Costumes Patrice Cauchetier Assisté de Anne Autran | Musique originale Gabriel DURIF d’après des extraits du « Grand Divertissement royal de Versailles » (Molière-Lully) Lumière/vidéo Benjamin NESME Son Benjamin FURBACCO Maquillage Suzanne PISTEUR Régie générale Xavier LIBOIS, Réalisation costumes Atelier Caraco, Construction décor et accessoires Les ateliers du Préau avec Cyrille FLORCHINGER et Clémentine PIGNAL | Remerciements aux Ateliers de La Comédie de Caen CDN de Normandie  Production 2019 Studio Libre, Compagnie A L’Envi La compagnie A L’Envi est conventionnée par le Ministère de la culture.

Distribution

Commentaires