Tableau d’une exécution > Le point sur « la Bataille de Lépante »

Le spectacle « Tableau d’une exécution » de Howard Barker, mis en scène par Emmanuel Dekoninck, a notamment pour sujet, la représentation picturale d’un événement historique: La bataille de Lépante. Voici brièvement de quoi il s’agit.

La bataille de Lépante est le point final d’une croisade initiée par le pape Pie V dans le but de récupérer l’île de Chypre envahie par les Turcs dès le 1er juillet 1570.

Elle se déroule le 7 octobre 1571 au large de l’actuel Naupacte — appelé alors Lépante —situé non loin du golfe de Patras en Grèce. Elle oppose 213 galères espagnoles et vénitiennes renforcées de galères génoises, pontificales, maltaises et savoyardes contre quelques 300 vaisseaux turcs, soit la plus grande puissance navale de l’époque.
Cent mille hommes combattent dans chaque camp. Les chrétiens remportent une victoire complète et elle se conclut par un désastre pour les Turcs qui y perdent la plus grande partie de leur flotte et près de 30 000 hommes.

L’événement a un retentissement considérable en Europe car il sonne comme un coup d’arrêt porté à l’expansionnisme ottoman du Sultan Selim II.

Cette bataille permet au roi d’Espagne de s’affirmer en patron de la Contre-Réforme catholique mais pour Venise, « Lépante » laisse un goût amer. Ruinée par l’effort de guerre consenti et la suspension de son commerce avec l’Orient ottoman, la République se détache de ses alliés et négocie avec les Turcs. À ceux-ci, elle reconnaît la possession de Chypre, qui avait été pourtant son but de guerre, en échange de la reprise de son commerce.

Cette bataille a été l’objet de nombreuses représentations dans la peinture des 16e siècle et 17e siècle par, notamment,
Ferrando Bertelli, Paul Véronèse, Giorgio Vasari, Andries van Eertvelt …

 

Date: 28 février 2017

Auteur: Olivier Stoffels

Commentaires