Photographie : autour de Seydou Keita

Le 03 septembre 2016

Réservation
Photo: http://www.seydoukeitaphotographer.com/

Lieu: Studio

Public: Adultes

Dates et heures

Autour de Seydou Keita, l’industrie de la ressemblance.

«Il y avait bien deux ans que j’avais envie de faire faire les portraits en photographie de mon père et de ma mère. En 1877, mon père était âgé de 67 ans et ma mère de 69 ans. Il était temps si je voulais profiter de leur bonne santé relative alors, pour les conduire à Liège et réaliser mon désir

Ainsi parle Gaspard Marnette, modeste ouvrier de la région liégeoise, qui pris dans la modernité de son temps, est un témoin de la généralisation du portrait photographique dans le monde contemporain. En effet, « en très peu de temps, comme le raconte Carl Havelange, ce qui restait jusque-là un privilège de classe — posséder une image de soi —, devient accessible à l’immense majorité ». Le phénomène est mondial et cet usage du portrait, rapidement adopté quasi partout sur la planète à travers l’industrie du studio.

Dans une boîte noire, accessible tout au long du festival (située à l’entresol au niveau du parterre sur le chemin du Foyer), une projection en continu de merveilleuses photographies d’artisans du monde entier tels Seydou Keita, Mike Disfarmer, Martin Chambi ou Norbert Ghisoland…

Samedi après-midi, en compagnie de Jean-Marc Bodson, commissaire et photographe, une discussion avec Carl Havelange sur fond d’images à propos de ces «studiotistes» du monde entier.

Carl Havelange est maître de recherches au FNRS, il enseigne l’histoire culturelle à l’université de Liège accordant une toute particulière attention à l’histoire culturelle du visuel. Il travaille aujourd’hui, plus électivement, sur la question du portrait.

Projections de photographies
Mike Disfarmer – USA – années 1939-45
Norbert Ghisoland – Belgique – années 1910-30
Seydou Keita – Mali – années 1940-70
Martin Chambi – Pérou – années 1920-50
Kasimir Zgorecki – Pologne / France – années 1920-40