In stile italiano (Le baroque en fête) – Annulé

Par l'Ensemble Clematis

28.11.2020

Abbaye musicale de Malonne

Dates et heures

NOUS SOMMES DANS L’OBLIGATION DE DEVOIR REPORTER CETTE CRÉATION À LA SAISON PROCHAINE.

Programme :
des œuvres de Rossi, Vivaldi, Kempis, Mielcewzky…

 

À Brescia, au milieu du XVIsiècle, l’invention du violon par les luthiers tels les Amati, Da Salo ou Maggini, a provoqué un véritable bouleversement dans la vie musicale. Avec cet instrument parfait, la musique instrumentale prend un essor nouveau: le violon commence à chanter, émouvoir et, comme la voix, il s’élance dans les démonstrations de sa virtuosité. C’est principalement dans les villes du Nord de l’Italie qu’une véritable tradition de virtuoses se développe ; ils seront les ambassadeurs de leur musique dans différents pays; ne citons que Carlo Farina à Dresde ou Biagio Marini à Bruxelles. De Mantoue à Venise, ce programme parcourt tout le XVIIsiècle avec des compositions de Salomone Rossi, Carlo Farina et Giovanni Legrenzi, et se conclût par la sonate en trio qu’Antonio Vivaldi écrit, comme son compatriote romain Corelli, sur le célèbre thème de La Follia. En tant qu’ensemble belge, Clematis associe à ce programme une oeuvre de Nicolaus à Kempis illustrant l’influence de cet art italien aux Pays-Bas, et plus particulièrement à Bruxelles.

 

 » La clematis est une fleur agréablement odorante qui représente le principe de l’idéalisme et de la créativité… »

Stéphanie de Failly, violoniste et fondatrice de l’ensemble, en compagnie de ses complices Amandine Solano, violon, Sarah Van Oudenhove, basse de viole, et Brice Sailly, clavecin/orgue, représente particulièrement cette idée de la créativité sonore de l’instant.

Dans un répertoire italien particulièrement festif (Rossi, di Selma y Salaverde, Cavalli, Farina, Legrenzi, Vivaldi), et un petit saut aux Pays-Bas (Kempis) et en Pologne (Mielcewzky), nous vivrons « en live » cette période du baroque particulièrement inventive et rafraîchissante. Stéphanie, que vous avez pu admirer en compagnie de Yury Martynov, il y a deux ans, n’a de cesse de se rapprocher le plus possible de cet esprit d’improvisation cher à l’époque, comme nous avons pu le déguster avec Maurice Steger cette année.

 

Commentaires