Jean-Michel Frère

Jean-Michel Frère est né en 1965 à Namur. Il découvre le théâtre vers l’âge de 20 ans, cet art lui semblant être l’endroit de tous les possibles, celui où il peut à la fois partager angoisses et questionnements et partager ses goûts et passions variés (philo, cinéma, musiques, arts plastiques,…).
Il s’est formé sur le terrain : en créant une compagnie d’amateurs, en suivant de nombreux stages un peu partout en Belgique, en étant l’assistant de quelques metteurs en scène réputés (F. Marijnen, D. Bezace). Il a également suivi des études théoriques sur le théâtre : la licence en Etudes Théâtrales à Louvain- la-Neuve.

Sa première expérience professionnelle en tant qu’auteur-concepteur et metteur en scène remonte à 1991, où il s’est lancé dans une collaboration avec le comédien namurois René Georges. Cette aventure a abouti à la création du spectacle Victor B., titre qui donnera plus tard son nom à la compagnie dirigée par Jean-Michel Frère. C’est en 1993 qu’est présentée la première de ce spectacle. Dès ses débuts, il s’est engagé dans une démarche de création de spectacles originaux et expérimentaux, des spectacles qui font se frotter et se croiser plusieurs langages artistiques, postulant que ces frottements et croisements amènent à de nouvelles formes et de nouvelles expressions.

Par la suite, Jean-Michel Frère a créé d’autres pièces : Une certaine image du Bonheur (1995), Léonie est en avance (1996), Encore une bonne chose de faite (1998) et Les Bains (1999).

L’année 2000 a été une année particulièrement remarquable : il a écrit et mis en scène 3 pièces aussi différentes que Trois secondes et demie, La Grande Lessive (pour le jeune public) et S.C. 35c, étonnante rencontre entre le break des danseurs du NBS et la présence virevoltante de Cécile de France, jeune comédienne namuroise encore inconnue. Ont suivi : Men Need Sleep (2003), + vite que tes yeux (2005), Je suis libre ! hurle le ver luisant (2009), …

Viendra aussi une veine théâtrale qui met l’accent sur l’intimité et la proximité avec le public : Kermesse (2007), Trop de Guy Béart tue Guy Béart (2010), Une petite Allergie (2013) et Poney pour toujours – une veillée électro (2013).
La plupart de ces spectacles ont connu une diffusion importante en Belgique, mais aussi en France, aux Pays-Bas, à Venise, Prague, Montréal et Québec.

En plus d’être auteur et metteur en scène, Jean-Michel Frère a également été chargé de cours d’art dramatique dans l’enseignement secondaire et au Conservatoire de Liège.

La compagnie Victor B est actuellement résidente au Théâtre de Namur, qui a accueilli et coproduit quasi tous les spectacles de Jean-Michel Frère.

La Compagnie est aussi soutenue par une convention de la Fédération Wallonie/Bruxelles.

Photo: Marianne Grimont