Entretien : « Comme Ulysse » de Lise Charles

04.09.2016

Studio

Adultes

Dates et heures

Suite à la grande lecture “Comme Ulysse” (samedi 18h), entretien avec Lise Charles

Lise Charles signe avec Comme Ulysse son deuxième roman. Cette jeune auteure de 28 ans brillante et prometteuse creuse un sillon original avec une voix qui n’appartient qu’à elle. Mélangeant le français et l’anglais, dans un flot de paroles mal élevées, la narratrice de son roman, l’impertinente Lou balade – dans tous les sens du terme – son lecteur à qui elle ne manque pas de s’adresser « Ça me ferait plaisir que tu fasses des efforts, après tout, ça prend moins de temps à lire que d’écrire » pendant 400 pages époustouflantes. Un roman d’apprentissage réjouissant à la croisée de Peter Pan et de Lolita de Nabokov.

A LIRE
Comme Ulysse, Lise Charles, Editions P.O.L. 2015.
La cattiva, Lise Charles, Editions P.O.L. 2013.

EXTRAIT
« Dans l’appartement de mon poète, par contre, il n’y avait pas de cafards, mais on aurait dit que l’air lui-même pissait l’ennui à grosses gouttes. A l’instant où je suis entrée dans le studio, je me suis mise à bâiller et bâiller, je ne pouvais pas m’empêcher de bâiller. Je lui ai dit : faudrait peut-être ouvrir la fenêtre, non, qu’est-ce que t’en dis ? Sans lui dire la raison, bien sûr, à ce moment-là j’étais encore à peu près polie avec lui, je gardais les formes quoi. Il s’est précipité pour ouvrir la fenêtre, mais ça n’a rien changé, on aurait dit que l’air était trop fatigué pour circuler. Je voyais les briques bâiller, les plantes vertes bâiller, je bâillais je te jure, je me transformais en une grande vague d’ennui. Pour un peu j’en aurais crevé, et je crois que les cafards n’y auraient pas survécu. Je m’emmerdais tellement, pour te dire, que j’ai même fini ce livre de Steinbeck en trois jours, je jure que c’est vrai, même si maintenant je ne pourrai plus vraiment te dire de quoi ça parlait, à part qu’il y avait un débile, un débile mental je veux dire, qui bouffe des souris en les attrapant par la queue. »