Et voici ce qu’a pensé notre spectatrice de TAILLEUR POUR DAMES 

Une salle pleine, un soir à l’approche des fêtes, tailleur pour dames prend place au théâtre.
Mes voisins se questionnent, les lumières s’éteignent progressivement, un homme parle, le public commence à rire, le rideau s’ouvre. Nous n’avons pas toujours la chance d’avoir une ouverture de rideau, elle nous révèle le décor. La surprise se laisse sentir, les spectateurs autour de moi se questionnent face à un grand plan incliné.

Des portes s’ouvrent, se ferment, claquent, se déposent sur le plan incliné, des hommes et des femmes virevoltent de porte en porte. On a perçoit les acteurs qui osent de plus en plus s’installer sur le plan incliné, ils glissent, ils interagissent avec le public, les situations sont cocasses bercées par des quiproquos qui nous poussent à rire. Le schéma de ces relations rythme la danse endiablée de ces hommes et dames qui vont et viennent et ouvrent toutes ces portes.

Le spectacle se déroule en deux parties. Après une première partie très énergique, les lumières s’allument à nouveau, des spectateurs vont se rafraîchir au foyer, j’en profite pour discuter avec mes voisins. Ils sont impressionnés, on en vient à parler de ces portes qui claquent, rien qu’en imaginant le poids de la porte sous le bruit qu’elle peut faire en claquant, nous sommes tous déjà admiratifs des prouesses qu’ils réalisent. Plus tard, j’apprendrai que chaque porte pèse trente cinq kilos, ce qui m’impressionne d’autant plus. Une petite vingtaine de minutes plus tard, le rideau peut à nouveau s’ouvrir, quelle n’est pas notre surprise de voir que l’inclinaison du plan est encore plus forte. Les acteurs nous semblent d’autant plus être des acrobates que durant la première partie. Nous rions, ce Feydeau mêlant étrangement différents hommes et dames ne nous semble pas toujours loin de la réalité. Ces situations d’antan ont un parfum de présent, j’entends des personnes autour de moi rire et se questionner pour être sûres d’avoir correctement suivi le bric-à-brac des situations. Ce tailleur pour dames a le pouvoir de nous détendre, de nous faire rire face à des situations de tromperie, le jeu d’acteur est merveilleusement bien tissé, tout est correctement assemblé. Le plan incliné se suffit à lui-même, pas besoin d’avoir des décors à n’en plus finir, les acteurs arrivent à rassembler toute leur énergie au coeur de cet élément central.

Nous, spectateurs, nous avons une place de choix face à cette façade, la contreplongée donne de la hauteur aux acteurs et ils l’utilisent à bon escient. J’étais agréablement surprise de voir un Feydeau aussi moderne, toujours aussi amusant. Durant la pièce, je réalise que je connais certains acteurs, c’est toujours un plaisir de pouvoir revoir certaines personnes jouer d’autres rôles, cela nous montre à quel point les acteurs sont bons. Après cette deuxième partie débordante d’énergie, de rythme, toujours autant ponctuée par les portes qui claquent malgré la hauteur. Je suis ravie d’avoir poussé les portes du théâtre pour y passer un moment aussi détendant. Le temps est maussade dehors, emmitouflé sous nos grosses couches, nous n’avons pas toujours l’envie de mettre le nez dehors, à l’approche des fêtes ce tailleur pour dames vous donnera un peu soleil.

Christine Paquet

Commentaires