Voici l’avis de Carine Ours; notre spectatrice critique a vu Clôture de l’amour  ce mardi 23 janvier.

Vous aussi, dites-nous ce que vous en avez pensé dans l’espace commentaire présent en bas de page.

Spectacle époustouflant à maints égards…

Epoustouflant de silences, de paroles, de gestes retenus, de violence des mots, simplicité du décor, rien ne déviera l’attention du spectateur rien de rien à tel point que la bouteille d’eau d’Audrey en deviendrait un personnage aussi …

Elle Audrey et lui Stan …

Il arrive et annonce. C’est terminé. Alors pendant un temps infini, le discours d’un homme maladroit, embarrassé, qui justifie par tous les moyens possibles la fin de leur ‘Nous’. Pendant au moins 45 minutes il va disséquer, ciseler, détricoter leur histoire essayant de trouver justifications, excuses, bonnes ou mauvaises raisons pour étayer les raisons de la décision de sa décision : Il part !

Il farfouille leur vie commune tantôt avec acidité tantôt avec violence. Rien ne sera épargné ni tu. 

Elle’ Audrey’ assiste à ce déballage sans fin dans un silence de mots impressionnant jamais elle ne l’interrompra jamais un mot ne sortira. Juste son corps debout qui accuse le coup et qui répond à chacune des attaques, le visage, les mains, les épaules exprimeront l’étonnement, l’incompréhension, la souffrance et la chute aux enfers.

Il ‘Stan’ ira jusqu’au bout de son monologue sans répit, il tranche, revisite le passé, raconte leur histoire, une histoire, un livre qu’elle ne connait pas.

Elle ‘Audrey’ s’affale, se décompose, s’écroule même à genoux, appesantie sous le poids de cette histoire qu’elle entend débiter sans relâche depuis plus de 40 minutes, par un homme, ’son homme ‘ qu’elle voit là, qu’elle entend parler d’une vie étrangère à la sienne et qui est pourtant leur vie commune.

Elle ‘Audrey ‘ quand il va terminer, se relève, reprend son souffle, respire, se redresse, le regarde, s’assure qu’il a bien terminé sa logorrhée destructrice, rerespire  puis lentement avec l’assurance que la souffrance immense donne parfois aux désespérés va répondre point par point à cet homme , devenu un autre. La réponse sera sans concessions, l’autre histoire sera racontée.

Laquelle est la vraie ?? Laquelle restera ??

Histoire de deux êtres qui apprennent, devant nos yeux, à se désaimer .. 

Théâtre ou réalité de nos chemins de vie ??  Qui n’a parcouru ce chemin à sa manière à un moment ou l’autre du chemin ??

Spectacle dense, décapant, à voir et à revoir certainement pour en saisir toutes les nuances et le sens profond.
Bravo aux deux acteurs. Quelle prestation !!

Carine Ours

Photo: Andrea Messana

Commentaires