Cycle cinéma : projection des films de Boris Lehman (1ère partie)

03.09.2016

Studio

Dates et heures

Une sélection de films sera proposée les samedi et dimanche matin par le cinéaste lui-même, suivie d’un entretien le dimanche à 10h45.

L’OEUVRE CINEMATOGRAPHIQUE
Né à Lausanne, Boris Lehman est un cinéaste belge aux frontières du cinéma expérimental, de l’essai cinématographique, du journal filmé et du documentaire. Depuis 45 ans, il réalise, produit, diffuse tous ses films de façon artisanale (environ 400 films, courts et longs, documentaires et fictions, essais et expérimentations, journaux filmés, autobiographies…), principalement en super 8 et en 16 mm. Une cinématographie de résistance, une œuvre inclassable qui intrigue et dérange. Cinéaste de la première personne qui rapproche le cinéma de la littérature intime et de l’autoportrait. Ses films sont indissociables de sa personne puisqu’il mène l’enquête sur lui-même, pratiquant de l’auto-ethnologie et signant une œuvre-fleuve sans équivalent. S’il existe un cinéaste à temps plein sur cette terre, c’est bien celui-là.

LE CINÉASTE
Après des études à l’Insas (1962-66), Boris Lehman a collaboré à divers titres avec des cinéastes comme Henri Storck ou Chantal Akerman entre autres. Depuis 1960, il est critique de cinéma, collaborant à une vingtaine de revues et hebdomadaires. De 1965 à 1983, il a été animateur au Club Antonin Artaud, centre de réadaptation pour malades mentaux, utilisant le cinéma comme outil thérapeutique.

Homme Portant (2003), 60’, tourné en 16 mm
L’homme qui porte son corps, ses bobines de films, ses sacs, son appareil photo, c’est Boris Lehman, c’est Sisyphe, c’est le Christ, c’est l’Ixion raconté par Alfred Jarry dans la Chandelle Verte.