« The boy is gone » de Christoph Bohn

Le 30 août 2014

Cinéma suivi d'un entretien avec le réalisateur

Réservation

Lieu: Studio

Public: Adultes

Dates et heures

lintimefestival-logonoir

Le film

A Eupen, on est au confluent de deux territoires nationaux, l’Allemagne et la Belgique. Ces deux pays se sont fait deux fois la guerre au XXe siècle.

Après la Seconde Guerre mondiale, Eupen, Malmedy et Saint-Vith redeviennent belges. Le 19 juillet 1969, un homme, Neil Armstrong, marche sur la lune. Ce jour-là, pendant que ses parents regardent cet exploit à la télévision, un enfant découvre une photo de son père en uniforme des jeunesses hitlériennes avec, sur le bras, le sigle de la croix gammée. Un choc. «Carl, mon père, le héros de mon enfance, dissimule donc un passé dont il est honteux ?» Silence jusqu’à la mort de Carl, enterré, en 2002, dans le cimetière d’Eupen.

Le réalisateur 
Christoph Bohn a grandi dans les années 60 à Courtrai. Chez lui, ses parents ne parlaient pas le flamand mais l’allemand. Ses racines «allemandes» ou plutôt «belgo-allemandes» ne lui ont pas toujours simplifié la vie au cours de sa jeunesse : il était un enfant de Boche. Le souci de Christoph Bohn est de découvrir la vérité sur un passé que son père a refusé de lui transmettre par la parole.
Le fils interroge les témoins oculaires, consulte les archives publiques et privées pour comprendre le vécu de son père. Des témoignages poignants, des images historiques et des animations à glacer le sang redonnent vie au passé d’Eupen et à celui de la famille Bohn.

L’entretien sera animé par Bernard Polet, journaliste

affichebohn